1) Quels sont les dangers ?

L’énergie nucléaire est une énergie très utile mais elle peut être  source de risques et de dangers assez graves pour la population et le personnel des centrales nucléaires.

Parmi les dangers les plus graves, nous pouvons distinguer par exemple la radioactivité, les déchets nucléaires ou encore les accidents nucléaires.

 

La radioactivité correspond au noyau qui libère des particules car la force de cohésion n’est pas suffisante pour garder la stabilité du noyau. Le noyau est instable et libère en plus des particules, de l’énergie et du rayonnement.

C’est cette émission de rayonnement que l’on appelle la radioactivité. Ce rayonnement naturel provient du sol, de l’atmosphère, des végétaux qui pompent des éléments radioactifs venant du sol, du soleil et de l’espace. Le rayonnement artificiel représente 1% du rayonnement qui atteint l’individu.

Il existe plusieurs types de rayonnements naturels plus ou moins nocifs pour la santé de l’individu :

 

-          Les rayonnements alpha : c’est une particule constituée de 2 protons et 2 neutrons qui s’échappent du noyau. Si elle touche la peau, elle provoque des dégâts en surface en raison de son importante concentration en énergie. Avec le radon qui est un gaz, si on en absorbe, ce dernier va se désintégrer à l’intérieur de l’organisme en émettant du rayonnement. On dit que l’on est contaminé par absorption d’éléments radioactifs.

 

-          Les rayonnements bêta : c’est aussi une particule qui s’échappe du noyau. Elle peut être arrêtée par une feuille d’aluminium. Si elle atteint l’être humain, elle pénètre plus profondément que la particule des rayons alpha.

 

-          Les rayonnements gamma : cette fois, c’est une onde qui s’échappe du noyau. Il faut une plus grosse quantité de matière pour pouvoir la stopper. Si cette onde touche la peau, elle fait des dégâts sur toute sa trajectoire. C’est le phénomène d’irradiation.

 

Mais il existe d’autres phénomènes qui peuvent avoir des conséquences sur la population mais aussi des conséquences sur l’environnement. C’est le cas des déchets et des accidents nucléaires.

 

Les déchets nucléaires proviennent principalement des combustibles (uranium) utilisés dans le réacteur pour chauffer l’eau et faire fonctionner le système de production d’électricité. Ils deviennent usagés par la suite. Ces combustibles ont souvent une assez forte dose de radioactivité. Il faut alors les manipuler avec le plus grand soin pour éviter une propagation de la radioactivité dans l’environnement. Mais il n’y a pas que les combustibles qui deviennent, après usage, des déchets. Il y a aussi des combinaisons de sécurité, des gants de protection… qui font partie des déchets après usage.

Pour se protéger des risques, les déchets sont emmenés principalement dans des usines de retraitement des déchets nucléaires, comme celle de La Hague dans la Manche, citée précédemment. Après transport effectué sous très haute surveillance, les combustibles compactés dans un «château » arrivent encore très chaud et  environ 250 prélèvements sont effectués pour s’assurer qu’il n’y ait pas de contamination. Ces prélèvements se font aussi bien à l’arrivée, qu’au départ du «château» et aussi à chaque changement de moyens de transport. Les déchets sont triés selon leur poids, leur taux de radioactivité, la période de radioactivité.

Par exemple, des éléments radioactifs comme le Césium 137 qui n’est plus radioactif au bout d’environ 300 ans ou le Neptunium 237 qui lui n’est plus radioactif au bout de 2,15 millions d’années. Les déchets qui ont des éléments avec une période de radioactivité de moins de 30 ans sont appelés déchets à vie courte et ceux dont les éléments ont une période de radioactivité de plus de 30 ans sont appelés déchets à vie longue. Les déchets sont compactés dans des fûts métalliques et ces fûts sont stockés provisoirement dans la centrale en attendant une solution pour les stocker, tout en évitant les risques de contamination.

 

L’énergie nucléaire pose bien des problèmes avec les risques d’accidents comme celui de Fukushima au Japon le 11 mars 2011.

Pourtant, ce n’est pas l’accident en lui-même qui est problématique, mais bien les conséquences avec la dispersion d’éléments radioactifs dans l’environnement et les destructions matérielles de la centrale et de ses alentours. L’accident de Fukushima est un peu particulier. Il provient d’un tsunami qui a noyé le réacteur, ce qui a entrainé l'arrêt du circuit de refroidissement. Donc, l’eau a continuée à chauffer et la pression fût tellement forte que la soupape de sécurité a lâché. Le toit du réacteur a explosé et des fumées contenants des éléments radioactifs ont été éjectées dans l’environnement et se sont éparpillées dans l’environnement de certains pays d’Asie et même d’Europe.

C’est l’accident nucléaire le plus grave depuis celui survenu à Tchernobyl en Ukraine, le 26 avril 1986.

Les deux points communs entre ces deux accidents sont les destructions matérielles et le temps nécessaire pour reconstruire le site. De même que les éléments radioactifs encore présents dans l’environnement plus de 20 ans après les faits.

La gravité de ces accidents remet en cause la confiance des gouvernements mondiaux vis-à-vis du nucléaire et de sa sûreté. Les gouvernements des pays comme la Suisse ou l’Allemagne veulent  se séparer du nucléaire au cours des années 2020-2030.


 corps-1.jpg

L'année 2008 n'a pas été des plus rassurantes en France : 4 incidents ont déja eu lieu à Tricastin, entrainant des rejets radioactifs dans l'environnement, et un vrai risque d'accident nucléaire. A Cruas-Meysse en Ardèche, des dysfonctionnements ont été mis en évidence par l’Autorité de Sûreté Nucléaire, autorité en charge du contrôle des installations nucléaires. L'application de la règlementation concernant la maîtrise des risques d'explosion n'était pas respectée par EDF.

De plus, l'industrie nucléaire ne peut pas nier un risque nucléaire dû :
- à un attentat (une centrale ne résisterait pas à un crash d'avion),
- au vieillissement des centrales nucléaires et donc à l'usure de leurs matériaux
- au problème de surchauffe au cœur du réacteur en cas de canicule
- ou tout simplement à une erreur humaine.

 L’énergie nucléaire est une énergie très utile mais aussi très dangereuse pour les raisons citées ci-dessus. Mais cette dangerosité peut être évitée grâce à des mesures de sécurité pour garantir la sûreté de l’énergie nucléaire.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site